Coupe du monde féminine

Blogue Soccer Québec

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification
Derniers articles

De quoi est fait un génie?

Plusieurs se sont penchés sur la question, le chroniqueur Malcolm Gladwell du New Yorker en tête. Sans jamais mettre véritablement le doigt sur l’équation qui engendre les prodiges, il a souligné ce qui foncièrement tient de l’évidence, voire de la tautologie : talent, travail et une maudite bonne dose de chance.

Dernier document à arriver en preuve, le film « Messi », documentaire réalisé par Álex de la Iglesia, présenté au Centre Phi le 21 et 22 mars prochain.

Telle une soirée de Ligue des champions, le générique du film se lit comme le XI idéal du football mondial : Cruyff, Iniesta, Menotti, Mascherano, Piqué, Valdano…

Autant d’anciens joueurs et d’entraîneurs que le réalisateur a eu l’idée de rassembler en plus des amis d’enfances et d’anciens enseignants qui racontent le parcours du plus grand joueur de soccer au monde, des rues de Rosario en Argentine aux tapis rouges les plus glamour de la planète.

Sans être un objet cinématographie interstellaire, « Messi » regorge d’une tonne de documents d’archives et d’anecdotes dont un amateur de soccer – et de sport tout court – se régale. Les premières feintes de « La Puce » sur vidéo comme les premières partitions qu’aurait laissées Mozart dans le grenier familial.

Deux jours, trois représentations, c’est ce qu’offre le Centre Phi, nouveau Camp Nou de la culture montréalaise.

Bref, comme la carrière d’un sportif, ce document est voué à quitter nos écrans rapidement. Il serait fou de ne pas y jeter un coup d’œil.

Parce que les génies de cette trempe, ça ne passe aussi qu’une fois.

Lien youtube (à intégrer) :

https://www.youtube.com/watch?v=5gaFaYAlSaw

« Messi » - Un documentaire sur le joueur de football argentin, Lionel Messi. 21 et 22 mars au Centre Phi

407, rue Saint-Pierre
Montréal, Qc, Canada
H2Y 2M3

 

-30-

Modifié le
0
Lire la suite 0 commentaires

L’Impact de Montréal a annoncé que le tout premier match de l’histoire du FC Montréal en USL, qui sera disputé le samedi 28 mars face au Toronto FC II, sera joué à 12h30 au Stade olympique.

Plusieurs anciens membres du sport-Études/CNHP font partie de l’équipe. Une belle occasion de voir à l’œuvre nos espoirs québécois!

La journée du 28 mars sera donc un programme double pour les partisans du bleu-blanc-noir puisque la première équipe du club affrontera ensuite Kaka et Orlando City SC à compter de  16h00.

Exceptionnellement, le billet du match contre Orlando permettra d’accéder au match d’ouverture du FC Montréal. Billets : http://bit.ly/1MDIqZX

Notons que les portes du stade ouvriront à midi, une concession alimentaire sera disponible lors du match et les stationnements du Parc olympique seront ouverts.

Notons que le FC Montréal poursuit sa préparation en vue de son premier match. L’équipe dirigée par l’entraîneur-chef Philippe Eullaffroy a fait match nul 1-1 contre les Tampa Bay Rowdies (NASL), vendredi dernier, et disputera un autre match amical ce vendredi 20 mars face au Fury d’Ottawa (NASL).

Il sera aussi possible de voir le match historique du 28 mars, de même que tous les autres de la saison du FC Montréal, via webdiffusion.

Rappelons que l’effectif 2015 du FC Montréal a été dévoilé vendredi dernier : http://www.impactmontreal.com/fr/news/2015/03/leffectif-du-fc-montreal-devoile

 

Suivez l’équipe sur Twitter et sur Facebook

Modifié le
0
Lire la suite 0 commentaires

article de canoe

Benoit Valois-Nadeau / Agence QMI

 

MONTRÉAL - En 2012, le Québécois André Hainault a tourné le dos à la Major League Soccer (MLS) pour tenter sa chance en Europe. Trois ans plus tard, force est de constater que son pari a rapporté.

Le natif de Vaudreuil-Dorion évolue présentement en deuxième division allemande, dans l'antichambre de la puissante Bundesliga.

Si son club actuel, le modeste VfR Aalen, est encore loin de rejoindre le Bayern Munich ou Dortmund dans l'un des meilleurs championnats au monde, le défenseur central est tout de même l'un des rares Canadiens à avoir réussi à se tailler un poste au royaume du ballon rond.

«Le talent prime toujours, mais c'est plus difficile pour les Canadiens de se faire remarquer, a observé Hainault en entrevue téléphonique cette semaine. Disons que ce n'est pas comme si tu étais Brésilien. On te demande plutôt pourquoi tu ne joues pas au hockey!»

Le chemin d'Hainault vers l'Allemagne a été tortueux. Sans pacte au terme de son association de quatre saisons avec le Dynamo de Houston , il s'est d'abord tourné vers l'Écosse, où il a porté les couleurs de Ross County pendant six mois.

«À la fin de mon contrat avec Houston, je n'avais pas d'options pour rester en MLS, mais ma femme et moi voulions retourner en Europe, a confié l'athlète de 28 ans, qui a évolué en République tchèque de 2005 à 2009.

«À l'époque on n'avait pas d'enfant, on voulait voyager et voir du pays.»

Attirer l'attention

Ses succès en Scottish Premier League ont rapidement attiré l'attention des recruteurs.

«On avait l'option de rester en Écosse, mais on a sauté sur l'opportunité de venir en Allemagne, a expliqué celui qui a disputé 104 matchs en MLS.

«J'ai toujours aimé le pays, a-t-il poursuivi. La ligue est bonne, bien organisée, sans problème de corruption comme en République tchèque. On voyait que les équipes s'amélioraient. En plus, les clubs allemands connaissent beaucoup de succès sur la scène internationale.»

La première saison d'Hainault en terre allemande s'est déroulée à merveille. Le Québécois s'est imposé comme titulaire en défensive, aidant sa formation à demeurer en deuxième division. Les derniers mois ont cependant été plus difficiles, une blessure au tendon d'Achille le forçant à s'absenter pour plusieurs matchs.

Des mondes différents

Du bout du banc, le numéro 3 a eu l'occasion de jauger les différents circuits pour lesquels il a évolué au cours des dernières années.

«C'est toujours dur de comparer les ligues, mais je dirais même que les meilleures équipes de deuxième division allemande sont plus fortes que les clubs de têtes de la MLS, a soutenu l'arrière.

«L'écart entre les équipes est peut-être plus grand ici. Les joueurs de Cologne ou Köln peuvent toucher de cinq à six fois notre salaire. Les clubs les plus riches accaparent les meilleurs éléments, alors qu'en MLS, toutes les équipes ont sensiblement le même budget [en raison du plafond salarial].»

Un intérêt pour l'Impact

Depuis le Vieux Continent, Hainault observe toujours l'évolution du meilleur circuit nord-américain.

«J'ai beaucoup d'intérêt pour la MLS, a reconnu le défenseur, dont le contrat de deux ans prend fin cet été. Je garde un œil sur les équipes canadiennes, particulièrement sur l'Impact [de Montréal], évidemment. Je suis Québécois, l'idée de jouer chez moi, dans ma ville, est séduisante.»

«J'ai gardé mes contacts au sein de la ligue et j'ai toujours eux de bonnes relations avec l'Impact [pour qui il a joué brièvement en début de carrière]. Ils m'ont approché lorsqu'ils sont arrivés en MLS, mais le moment n'était pas bon pour moi», a-t-il confessé, suggérant au passage que Montréal serait une option intéressante pour lui dans quelques années.

Pour l'instant, il n'est cependant pas pressé de quitter Aalen, une ville de 60 000 habitants, où sa femme a donné naissance à un premier enfant il y a sept mois.

Hainault entend vivre son rêve allemand encore longtemps.

 

«Le rêve d'un joueur est toujours d'aller plus loin, de jouer dans des matchs importants au meilleur niveau, d'évoluer dans la meilleure ligue possible.»

Modifié le
0
Lire la suite 0 commentaires

Selon vous

Posté par le dans Capitaine Soccer

Qui d’entre elles remportera le « ballon d’or » lors de la Coupe du monde féminine de la FIFA / Canada 2015.

Marta / Brésil

Nadine Kessler / Allemagne

Abby Wambach / États-Unis

Alex Morgan / États-Unis

Nadine Angerer / Allemagne

Nahomi Kawasumi / Japon

Veronica Boquette / Espagne

Louisa Necib / France

 

Lotta Schellin / Suède

Modifié le
0
Lire la suite 0 commentaires

Tournée TROPHÉE

Posté par le dans Capitaine Soccer

La FIFA et l’Association canadienne de soccer ont annoncé les dates de  la Tournée du Trophée de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ par Coca-Cola. Celle-ci débutera le 1er avril à Ottawa et visitera par la suite douze (12) villes à travers le pays.. L'événement sera gratuit et célébrera le soccer et les femmes !,  Cette tournée permettra aux Canadiens et Canadiennes  de voir de près le Trophée de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™.

Cette tournée promet aussi une série d'événements interactifs et passionnants, ainsi que par de nombreuses surprises tout au long de son itinéraire. Elle veut  donner un avant-goût de ce qui promet d'être le plus grand événement sportif de l'histoire du Canada et la plus grande Coupe du Monde Féminine de la FIFA à ce jour.

Voici le calendrier de la Tournée du Trophée de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ par Coca-Cola au Canada :

 

1er avril : coup d'envoi national à Ottawa, ON
3-4 avril : Ottawa, ON
10-12 avril : Montréal, QC
15 avril : ville de Québec, QC
19 avril : Halifax, NÉ
24-26 avril : Moncton, NB
28 avril : Kingston, ON
30 avril, 2-3 mai : Toronto, ON
6 mai : Hamilton, ON
8-10 mai : Winnipeg, MB
16-18 mai : Edmonton, AB
21-23 mai : Calgary, AB
29-31 mai : Vancouver, CB

Modifié le
0
Lire la suite 0 commentaires